La justice américaine se penche sur HyperFund, la plus grande fraude de type pyramide de Ponzi sur les cryptomonnaies

La justice américaine se penche sur HyperFund, la plus grande fraude de type pyramide de Ponzi sur les cryptomonnaies

L’année 2024 s’ouvre sur une note sombre pour les investisseurs en cryptomonnaies, avec l’émergence d’une arnaque colossale estimée à 1,7 milliard de dollars. La Securities and Exchange Commission (SEC) américaine a porté plainte contre deux individus impliqués dans ce qui semble être la plus grande fraude de type pyramide de Ponzi liée aux cryptos jusqu’à présent.

Les victimes ont été séduites par des promesses de rendements élevés et sans risques offerts par HyperTech, une société asiatique prétendant utiliser la blockchain pour combattre les inégalités tout en enrichissant ses clients. Lancée en avril 2020, elle proposait un programme d’investissement baptisé HyperFund, promettant des retours quotidiens allant jusqu’à 1%.

HyperFund demandait aux clients d’investir entre 300 et 10.000 dollars, sous forme du stablecoin Tether, afin de rejoindre sa communauté. Les profits étaient censés provenir du minage effectué par la société – une activité cruciale pour le maintien de la fiabilité de la blockchain.

Cependant, au fil du temps, l’arnaque ainsi que le discours concernant les sources de profit se sont modifiés. Samuel Lee et Brenda Indah Chunga – alias « Bitcoin beauté » – sont les suspects principaux derrière cette escroquerie rappelant celle perpétrée par Forsage en 2022. Ils incitaient leurs membres à réinvestir constamment dans le système.

Pour retirer leur argent, les investisseurs devaient convertir leurs unités internes appelées HyperUnits en MOF – une autre crypto-monnaie fluctuante créée par la société – avant de pouvoir vendre ces dernières sur HOO exchange. Ce processus complexe était assorti de frais considérables et prenait beaucoup de temps.

En outre, malgré la prétendue stabilité du cours du HU fixé à un dollar, celui-ci n’était pas garanti contrairement à celui du MOF dont la valeur variait librement. Ainsi, lorsqu’un retrait était finalement possible, il pouvait entraîner des pertes significatives dues aux frais cachés.

La firme avait même engagé un faux dirigeant joué par un acteur pour rassurer sa base d’investisseurs tandis que « Bitcoin beauté » utilisait son charisme pour attirer davantage d’argent dans le piège grâce à des apparitions médiatiques trompeuses.

« Avec HyperFund votre argent travaille pendant que vous dormez », clamait-elle alors que l’entreprise changeait régulièrement de nom – passant d’HyperVerse à HyperNation – chaque changement marquant une détérioration des conditions financières proposées et reflétant le déclin global du marché crypto après l’échec retentissant de FTX fin 2021.

Le recrutement incessant de nouveaux investisseurs via un réseau basé sur la confiance personnelle constituait également un pilier central du modèle frauduleux mis en place par HyperTech; essentiel pour empêcher l’effondrement précoce d’une telle pyramide financière.

Malgré des assurances données quant à une introduction prochaine en Bourse à Hong Kong qui ne s’est jamais concrétisée, l’affaire s’est effondrée lorsque les clients ont tenté massivement de récupérer leur mise en novembre 2022. Face au désastre financier subi par tant d’individus dupés, Samuel Lee a vainement tenté de convaincre qu’il travaillait sur un plan visant à sauver son entreprise mais face aux preuves accablantes fournies au régulateur américain par les investisseurs ruinés, ses efforts furent vains.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer